Le yoga des hormones

Le yoga des hormones

Le yoga des hormones s’adresse à nous toutes, les femmes, quel que soit notre âge. Il nous aide à réguler les différents désagréments liés à la production de nos hormones. Mon propos ici se concentre sur ce dont je peux témoigner : les questions liées à la ménopause.

La ménopause et ses désagréments

Ménopausée à l’âge de 40 ans, cela fait maintenant dix ans que je vis au rythme de mes bouleversements hormonaux. Par conviction personnelle et parce qu’il y a dans ma famille plusieurs cas de cancer du sein, j’ai fait le choix de refuser tout traitement hormonal de substitution. Être au plus près de ma nature féminine, sans filtre chimique, est absolument nécessaire à mon équilibre, et ce depuis plus de 20 ans maintenant.

Je me suis cependant retrouvée fort démunie aux premiers symptômes de la ménopause : grande fatigue et fatigabilité, bouffées de chaleur, douleurs articulaires, prise de poids d’une dizaine de kilos ; sécheresse de la peau et des muqueuses (avec sécheresse vaginale à la clef) et surtout, et le plus difficile à vivre pour moi, un état émotionnel totalement instable.
Après un moment de sidération car je ne me reconnaissais plus, je me suis mise en action et j’ai testé successivement différentes choses pour tenter de soulager ces problèmes : homéopathie, kinésiologie, acupuncture et plantes de médecine traditionnelle chinoise, traitement de phyto-hormones, etc. J’ai constaté quelques petites améliorations ça et là, mais rien de particulièrement probant et surtout rien de durable.
Nous sommes toutes tellement différentes que ce qui fonctionne sur l’une d’entre nous n’est pas forcément efficace pour une autre. Je me suis armée de patience car j’étais sûre au fond de moi que j’allais trouver ma solution.

Du hatha yoga au yoga des hormones

Depuis 10 ans aussi, le yoga fait partie de ma vie en m’insufflant tellement de bien-être, de joie, la sensation d’être à ma place que j’en suis devenue accro. Cette pratique incarnée est ce qui me correspond le mieux : passer par le corps pour équilibrer l’esprit et l’âme. Le yoga m’a vraiment permis de me connecter à mon corps et de savoir reconnaître ses messages. En m’intéressant de près au yoga et à ses multiples courants, j’ai entendu parlé, il y a environ deux ans, du yoga des hormones et, vous imaginez bien que ma curiosité a été piquée. Je suis d’abord passée par une étape « recherches d’informations » avant de passer à l’action.

Le yoga des hormones et la ménopause

Comment stimuler nos hormones féminines grâce au yoga ?

C’est une méthode naturelle qui permet notamment de soulager les désagréments liés à la baisse de production des hormones pendant la période de la ménopause. Le taux d’hormones féminines (œstrogènes et progestérone) diminue à partir de 35-40 ans et chute à la ménopause, en provoquant de nombreux symptômes.
Le yoga des hormones associe des postures spécifiques, une respiration intense nommée bastrika, une visualisation de la circulation d’énergie après chaque posture et des exercices anti-stress. Des temps de visualisations et de relaxations complètent le processus. Les composantes du système endocrinien (les ovaires, la thyroïde, les surrénales, l’hypophyse) sont ainsi sollicitées les unes après les autres au cours d’une séance.
Le yoga des hormones est tellement efficace et puissant qu’il existe quelques contre-indications à prendre très au sérieux : grossesse, cancer du sein hormono-dépendant, endométriose avancée, fibrome important, hyperthyroïdie sévère, troubles cardio-vasculaires, ostéoporose grave.

Le yoga des hormones a été mis au point par une brésilienne, Dinah Rodrigues dans les années 1990. Dinah Rodrigues est brésilienne et est née en 1927. Elle est yoga thérapeute, diplômée en Philosophie et Psychologie par l’Université de Sao Paulo.

Et zou, sur le tapis

J’habite en zone rurale près d’une petite ville, et je n’ai pas trouvé autour de chez moi d’enseignant.e de yoga des hormones. De plus, en temps de COVID il était impossible de pratiquer le yoga en groupe.
J’ai donc recherché sur le web une enseignante de yoga des hormones formée par Dinah Rodrigues. J’en ai trouvé plusieurs et je me suis fiée à mon intuition pour faire mon choix. Parfait !!!!
J’ai donc pris contact avec Pauline Souchu qui propose des cours, en ligne et en direct, de yoga de la femme, mêlant yin yoga, yoga des hormones, relaxation. Je me suis donc inscrite à son premier cours offert pour savoir comment je me sentais avec cet enseignement. J’ai tout de suite adoré. J’ai donc suivi ses cours pendant deux mois, ce qui m’a permis de bénéficier d’une approche du yoga des hormones, une initiation en quelque sorte.
Je sentais l’énergie mieux circuler en moi, les bouffées de chaleur perdre en peu de terrain et surtout un grand enthousiasme à pratiquer, ce qui demeure pour moi le meilleur des baromètres.

J’ai ensuite décidé de me consacrer à l’apprentissage de la pratique, toujours avec Pauline Souchu qui propose des forfaits de 5 séances de cours particuliers pour apprendre l’enchaînement d’exercices composant une séance et pouvoir ensuite pratiquer seule.
Ce fut une merveilleuse expérience : Pauline est une pédagogue hors pair et sa méthode est très agréable. À la suite de chacune des séances, elle envoie des supports de cours en pdf ce qui permet de pratiquer entre chaque cours et d’intégrer les enchaînements. Son conseil : pratiquer 3 à 4 fois par semaine ; la séance entière dure environ 30 minutes.

Au départ, ce qui m’a le plus troublée est la respiration abdominale bastrika qui demande beaucoup de concentration et d’énergie. En intégrant cette technique respiration séance après séance, elle se fait naturellement. Cette pratique est efficace, simple, naturelle et demande un réel investissement personnel. C’est un engagement ; pour obtenir des effets, pas de mystère : il faut pratiquer régulièrement. C’est une hygiène de vie et en ce sens, nous sommes vraiment dans la philosophie de la naturopathie chère à Sophie !

Les résultats ?

J’ai donc aménagé mon rythme de vie pour donner de la place à mes séances de yoga des hormones. Je me lève désormais tous les jours à 6h30 et après avoir bu mon verre d’eau tiède (petit conseil de Sophie aussi) je fais ma séance de yoga des hormones un jour sur deux.
Je ne suis pas prête de lâcher car j’ai enfin trouvé ce qui me convient pour réguler les effets indésirables de la ménopause. Les bouffées de chaleur perdent du terrain. Depuis que le yoga des hormones est entré dans ma vie, elles sont de moins en moins nombreuses et durent de moins en moins longtemps. Ouf ! Vous n’imaginez pas quel soulagement c’est pour moi ! De plus, et c’est une autre belle victoire : je ne subis plus le yoyo d’états émotionnels. J’arrive également à mieux faire face au stress. Je sens que mon corps est souple, vivant, tonique. J’ai acquis une présence à mon corps beaucoup plus fine.
C’est une telle joie de constater toutes ces améliorations que j’avais envie de la faire partager au plus grand nombre. Mon conseil est d’apprendre les exercices auprès d’une professionnelle qui saura vous guider, vous « corriger » afin de pouvoir pratiquer seule en toute sécurité.

Des études statistiques réalisées sur des pratiquantes montrent que le taux hormonal est rétabli à partir de 3 mois de pratique, à raison de 4 séances par semaine. Le yoga hormonal remplace ainsi très avantageusement un traitement hormonal de substitution. Il fait également chuter les risques cardio-vasculaires et prévient des problèmes d’ostéoporose et de cholestérol. Pourquoi s’en priver ?

Bien évidemment, le travail de développement personnel réalisé en parallèle aide beaucoup dans l’acceptation de soi, de son corps, en ayant un état d’esprit positif et bienveillant. Bref, tout est lié, on ne le dira jamais assez ! C’est évidemment un ensemble de pratiques qui nous permet de nous sentir bien, à notre place et de faire face aux aléas de la vie.

Nathalie Guillaumin
Coach de vie & co-créatrice de Happyblue

Sites web
le site de Pauline Souchu
le site de Dinah Rodrigues