Le sel

Le sel

Lors d’un repas de famille, nous avons parlé du sel et cela m’a donné l’idée de vous écrire un article afin d’approfondir le sujet. Mon rapport avec le sel est assez simple. Je vous avoue que je sale très peu mon assiette et je ne sale que très rarement ma cuisine. Je préfère que chacun sale son plat.

Le sel est un aliment qui compose notre alimentation de tous les jours : 95% des hommes et 82% des femmes consomment plus de 6 g de sel par jour alors que la dose journalière recommandée par l’OMS est entre 5 g à 6 g, l’équivalent d’une cuillère à thé.

La soif et/ou des ballonnements, la rétention d’eau, un œdème sont les signes d’une trop grande quantité de sel dans l’organisme. Il faut se rappeler que l’excès de sel peut entraîner de l’hypertension, des maladies cardiovasculaires etc.

Le sel est nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme, particulièrement pour la contraction de nos muscles et pour la transmission des messages neurologiques.

Les types de sel

Il existe deux types de sel : le sel naturel et le sel raffiné.
Il existe différents types de sel : du sel de mer, de nigari, de céleri, du sel d’Epsom ou encore du sel de l’Himalaya.
Vous le trouverez sous différentes formes : gros sel, sel fin, fleur de sels (ou sel des marais salant).

  • Le sel d’Epsom ou sulfate de magnésium
    Il est connu pour ses bienfaits relaxants ; on le trouve en balnéothérapie, notamment dans des caissons de flottaison favorisant le lâcher prise. Il est également utilisé comme laxatif ou purge d’entrée et de sortie de jeûne.
  • Le sel de l’Himalaya
    C’est un sel extrait des montagnes de l’Himalaya. Sa présence dans ce milieu depuis des millions d’année lui vaut toutes ses vertus. Il est composé de sulfate, magnésium, potassium, calcium, silicium, manganèse et phosphore. Vous pouvez l’acheter sous la forme de gros sel, sel fin.
  • Le sel gemme
    Extrait des mines de sel, on lui ajoute des additifs tels que des agents anti-agglomérants : phosphate, carbonate de calcium ou de magnésium, sel d’acide gras, oxyde de magnésium, dioxyde de silicium, aluminosilicate de sodium, et le silicate tricalcique d’alumino-calcium.
  • Le sel vacuum
    Dans la cuisine classique, on trouve dans 60% du sel. Il est lui aussi extrait des mines de sel et il est nettoyé de tous minéraux et oligo-élément contrairement au sel de mer. Ce sel raffiné est transformé de façon chimique pour le blanchir, afin qu’il soit plus facile à saupoudrer et pour optimiser sa conservation. Pour 1 gramme de sel vacuum, on compte 600 mg de chlore et 400 mg de sodium.
  • Le sel de mer
    Il est composé de chlorure de sodium, chlorure de magnésium, sulfate de magnésium, sulfate de calcium, sulfate de potassium, carbonate de calcium et bromure de magnésium.
    Rien qu’en comparant le sel raffiné et le sel de mer, nous pouvons comprendre l’importance de privilégier le second.

Les substituts au sel 

  • Le gomasio : graines de sésame avec du sel. J’adore le saupoudrer sur mes salades de crudités ou les soupes auxquelles il apporte un côté croquant et grillé. Pour le fabriquer vous-même, prenez 90 g de sésame et 10 g de gros sel gris que vous mixez au blinder ou au mixeur. Vous pouvez y rajouter un filet d’huile de sésame avant de le mixer. Dans certaines recettes, le sésame est grillé au préalable à la poêle ce que je trouve dommage car le sésame perd alors toutes ses propriétés à la cuisson.
  • L’herbamare : c’est un sel marin aux herbes aromatiques et aux légumes.

Où se trouve le sel ?

Principalement dans les charcuteries, les plats préparés, le bouillon (légumes et autres), fromages, sauces, les condiments et les potages, comme le précise l’ANSES (Agence Nationale Sécurité Sanitaire de l’Alimentation). Même si la consommation de sel à tendance à diminuer, cette diminution reste encore insuffisante.
Dans la cuisine, le sel est utilisé comme un exhausteur de goût. C’est pourquoi nous rajoutons souvent une petite pincée de sel dans nos pâtisseries qui fait alors ressortir le goût du sel. L’industrie agro-alimentaire en use et en abuse dans tous les plats préparés. Quand je dis « plat préparé », ce n’est pas uniquement pour dans les pizzas ou les lasagnes, c’est dans les conserves et tout ce qui est préparé de manière industrielle.

Les déchets cristalloïdaux et les maux qu’ils entraînent

En naturopathie, on met l’accent sur les deux catégories de déchets issus de la digestion des aliments. Il y a les déchets colloïdaux et les déchets cristalloïdaux. Le sel fait partie des déchets cristalloïdaux, tout comme les produits azotés (viande, poisson, laitage, œufs). Ces déchets acidifient le terrain, venant scléroser petit à petit le système sanguin (vaisseaux, veines, artères, etc.) et les articulations. Ils rendent, dans le même temps, ce terrain pro-inflammatoire.

Si vous souffrez de ce type de maux, le premier conseil qu’un naturopathe va vous donner est de limiter, voire de supprimer, toutes ces sources de déchets dans un premier temps. Il sera peut-être possible de les réintroduire par la suite, tout dépend de l’ancienneté de la pathologie, de votre âge, si c’est une pathologie génétique et surtout de votre vitalité.
Tout comme le sucre, le gras, la farine, le sel fait partie des aliments qui prédisposent le terrain à la formation d’un cancer.
Petite précision, comme les opposés s’attirent, manger sucré incite à consommer plus de sel et inversement.

Le sel et les bébés

Souvent les parents se demandent quand ils doivent intégrer le sel dans l’alimentation de leur enfant. Les légumes, les légumineuses sont naturellement salés, comme les fruits le sont avec le sucre.

Hygiène naturopathique : le sel en hydrologie

  • Lota : nettoyage du nez par le biais d’un petit pichet où l’on ajoute un peu de sel dans l’eau. Vous pouvez retrouver le mode d’utilisation du lota dans le calendrier de l’après qui se trouve dans l’onglet happy boutique.
  • Douche rectale : nettoyage des intestins. En mettant du sel dans l’eau de la douche rectale ou le lota, le liquide reste dans la paroi intestinale. Le liquide contenu dans les intestins est ainsi plus chargé que les liquides adjacents aux parois intestinales, ce qui permet de garder l’eau à l’intérieur des intestins, d’attirer les toxines et ainsi effectuer un vrai travail de nettoyage.
  • Bain de pieds : utilisez du gros sel pour permettre la détente musculaire et relancer la circulation sanguine. Le gros sel va attirer les toxines à l’extérieur de la peau aidée par la chaleur de l’eau qui va dilater les pores et faciliter leur élimination.

Je m’arrête là pour cet article. Il me paraissait important d’aborder cet aliment qui est aussi nécessaire que nocif, comme peut l’être le sucre. Encore une fois : tout est dans la quantité utilisée. Comme le disait l’alchimiste Paracelse « c’est la dose qui fait le poison ».
Partagez nous en commentaire si cet article vous à plu sur nos réseaux.
Je suis disponible pour répondre à vos questions que vous pouvez me poser dans le formulaire contact.
Sophie